Une semaine de visite au pas de charge

Semaine bien remplie pour les onze responsables et directeurs d’établissement européens invités par les PEP 19 à découvrir l’éventail des formules de scolarisation des élèves en situation de handicap dans notre région.

 

Après avoir visité les IME de Ste Fortunade et Meyssac, observé le fonctionnement des CLIS, du PASS et de la SEGPA au sein des écoles Clément Chausson, Turgot et du Collège Victor Hugo à Tulle… après avoir rencontré les personnels des SESSAD et CMPP … après avoir échangé avec les membres de la CDAPH à la MDPH, le DASEN à la DSDEN et des élus locaux au CG… la semaine très chargée des participants à cette visite d’étude s’est terminée au cœur du LP Danton par la présentation de l’ULIS et l’intervention d’un responsable de l’ARS !

Durant la semaine du 8 au 12 avril, ces décideurs et responsables de l’éducation et de la formation venus d’Autriche et d’Allemagne, de Belgique, de Roumanie, d’Espagne et d’Italie, de Grèce et de Pologne auront parlé entre autres AVS et ASH, CAP et CFG, CAPA-SH, CAMSP ou ESAT au gré des professionnels rencontrés.

Tous ont fait le constat d’un suivi de grande qualité et d’un réel souci d’accompagner dans les meilleurs conditions possibles le parcours des jeunes en situation de handicap. Aussi ont-ils trouvé dommage que tous les jeunes ne puissent être accueillis dans les organismes appropriés et que les listes d’attentes soient longues. Manque de moyens auquel n’échappe pas parfois leur propre pays. Pour Alejandra, conseillère d'orientation psychopédagogique à Grenade au Sud de l'Espagne, "si l'école espagnole semble plus inclusive que l'école française, les dispositifs français visités et notamment les IME sont plus sécurisant et mieux encadrant". De plus elle note que le lien étroit avec l'Éducation Nationale facilite la vie scolaire du jeune grâce à la classe externalisé et le protége grâce à un encadrement de qualité au sein de l'IME ou dans les autres services des PEP19."

A l’issue de la semaine, certains d’entre eux avaient noué des contacts avec les chefs d’établissements corréziens. C’est le cas de Teresa, qui enseigne le français en Sicile et qui souhaite développer un échange avec l’ULIS de Danton dans le cadre d’un programme européen lié à l'enseignement professionnel.

Fatigués mais satisfaits de cette semaine d’observation et de rencontres, ils sont repartis ce week-end avec une multitude d’informations et des sigles pleins la tête.